Nip Tuck

Her Green plastic watering can
For her fake Chinese rubber plant
In the fake plastic earth.
That she bought from a rubber man
In a town full of rubber plans.
to get rid of itself.
It Wears Her Out, it wears her out
It wears her out, it wears her out.She lives with a broken man
A cracked polystyrene man
Who just crumbles and burns.
He used to do surgery
For girls in the eighties
But gravity always wins.
And It Wears Him Out, it wears him out
It wears him out, it wears him out.She looks like the real thing
She tastes like the real thing
My Fake Plastic Love.
But I can’t help the feeling
I could blow through the ceiling
If I just turn and run
And It Wears Me Out, it wears me out
It wears me out, it wears me out.And if I could BE who you wanted
If I could BE who you wanted,
All the time, all the time, ohhh… ohh…
Son arrosoir en plastique vert,
Pour sa fausse plante en caoutchouc chinoise
Dans la fausse terre en plastique
Qu’elle a acheté à un homme en caoutchouc
Dans une ville pleine de plantes en caoutchouc
Pour s’en débarasser.
Et ça l’a épuisée, ça l’a épuisée.
Ça l’a épuisée, ça l’a épuisée.Elle vie avec un homme brisé
Un homme en polystyrène fendu
Qui se contente de se désintégrer et de brûler.
Il pratiquait la chirurgie
Sur des filles pendant les années 80
Mais la gravité gagne toujours.
Et ça l’a épuisé, ça l’a épuisé.
Ça l’a épuisé, ça l’a épuisé.Il ressemble au vrai de vrai
Il a le goût du vrai de vrai
Mon faux amour en plastique
Mais je ne peux rien de ces sentiments
Que je pourrais jeter à travers le plafond
Si je me contentais de me retourner et courir
Et ça m’a épuisé, ça m’a épuisé.
Ça m’a épuisé, ça m’a épuisé.Et si je pouvais être qui tu voulais.
Si je pouvais être qui tu voulais,
Tout le temps, tout le temps, oh…

Laissez un commentaire !